LE RISQUE DE L'AMIANTE


L'amiante, qu'est ce que c'est ?

L'amiante (du grec amiantos, incorruptible) ou asbète, est un matériau d'origine naturelle connu depuis l'antiquité sous le nom de pierre à coton. Les premières applications remontent à la fin du XIXe siècle.Ce groupe de minéraux comprend de nombreuses variétés de silicates et 2 familles ont été principalement exploitées industriellement  :

  • Les serpentines, avec le chrysotile (ou amiante blanc), qui représente 98 % de la production mondiale ;
  • Les amphiboles, avec notamment l'amosite (amiante brun), le crocidolite (amiante bleu), l'actinolite (le plus dangereux pour la santé), etc.

Utilisation de l'amiante dans l'immobilier, risques liés à l'amiante.

L'amiante présente un faible coût d'exploitation et des propriétés chimiques et physiques intéressantes : ce matériau imputrescible est un excellent isolant thermique (calorifuge et incombustible) et acoustique, il résiste à l'abrasion et aux acides, possède une bonne résistance à la traction et peut être incorporé au ciment. Ces qualités ont permis des utilisations multiples de l'amiante, en faisant toutefois longtemps abstraction de ces inconvénients.

 


Utilisations de l'amiante

L'amiante a été largement utilisé, dans de nombreux domaines industriels  :

  • textiles ininflammables, en particulier les combinaisons thermiques pour pompiers;
  • peintures, joints, colles, mastics, enduits, bitumes, moules et autres applications industrielles;
  • polyesters renforcés et garnitures de friction (automobile, construction navale);
  • matériels frigorifiques, bijoux (pierre "oeil de tigre"), anciens "grille-pain" à poser sur la flamme;
  • et surtout pour des matériaux utilisés dans l'industrie du bâtiment (construction et équipements immobiliers).

La consommation en France est passée de 151000 tonnes en 1970 à 29000 en 1993. Elle est aujourd'hui pratiquement nulle, puisque l'utilisation de l'amiante est désormais interdite, à de rares exceptions près.


L'amiante dans l'immobilier

En raison de ces qualités d'isolant thermique et phonique, de sa résistance à l'usure et à la chaleur, l'amiante a été largement employé dans la construction et les équipements immobiliers, sous des formes diverses.

Amiante-ciment, qui représentait environ 90% de la consommation d'amiante sous la forme de :

  • canalisations et tuyaux plaques;
  • éléments de toitures (ardoises, tuiles, plaques), etc.

Matériaux d'isolation thermique des bâtiments ou des équipements :

  • dalles et revêtements de sol ;
  • flocage pour isolation de murs ;
  • faux plafonds ;
  • gaines de ventilation, tuyaux de plomberie, etc. ;
  • calorifugeages, etc.

L'amiante est dit inerte lorsqu'il est incorporé à un substrat stable (amiante-ciment, colles) et ne peut être spontanément libéré dans l'air sous forme de poussières ou de fibres, sauf lors d'opérations destructrices (perçage, meulage, bris, etc.). Les déchets d'amiante inerte peuvent donc être acceptés dans des centres de stockage de déchets inertes.

L'amiante est dit libre lorsqu'il entre dans la composition de matériaux qui présentent un haut risque de libération de fibres ou poussières d'amiante (flocages, calorifugeage, faux plafonds).Ainsi, le flocage à l'amiante consiste à projeter sur une surface préalablement enduite d'une substance adhésive, des courtes fibres à refus, ce qui présente donc un risque élevé d'effritement.Cette libération augmente lorsque le matériau vieillit, si l'application a été mal réalisée et lors de manipulations.Les déchets d'amiante libre qui proviennent des travaux et opérations d'encoffrement, de fixation (revêtements de surface ou imprégnation) et d'enlèvement (déflocage, décalorifugeage) représentent donc un risque potentiellement élevé de santé publique et des mesures strictes ont été mises en place dans l'immobilier pour le repérage, le contrôle et/ou l'élimination des matériaux contenant de l'amiante, et pour le traitement des déchets issus de ce désamiantage .


Risques et maladies liés à l'amiante

Le risque de l'amiante est lié à l'inhalation de poussières, pouvant provenir d'une pollution urbaine, mais surtout industrielle.

La dimension des fibres d'amiante leur permet une pénétration profonde dans l'arbre respiratoire, où elles sont difficilement éliminées. Leur accumulation peut être responsable de fibroses pulmonaires (asbestose, classée parmi les maladies professionnelles), dont la manifestation clinique principale est une insuffisance respiratoire. Le délai d'apparition est de 15 à 20 ans après l'exposition. Des risques de complications existent à plus long terme (20 à 40 ans après l'exposition) sous la forme de cancers broncho-pulmonaires, de la plèvre ou du péritoine (mésothéliome).

Selon l'Institut de veille sanitaire, en France plus d'un retraité sur 4 a été exposé au risque de l'amiante durant sa vie professionnelle.Les estimations actuelles font état de 3000 à 5000 décès par an, provoqués par l'amiante et liés avant tout à une exposition industrielle (en particulier dans l'industrie navale, avec environ 2000 cas par an). Deux à 3 % des ouvriers de l'amiante pourraient être atteints à plus ou moins longue échéance.Le risque concerne également les personnes séjournant dans des locaux où l'amiante a été mal appliqué ou mal confiné.

Ces risques sanitaires ont conduit les autorités à réglementer progressivement puis à interdire les utilisations de l'amiante, mais aussi à imposer son élimination lorsque sa présence constitue un danger pour la santé publique.


Evolution de la réglementation de l'amiante

Il existe aujourd'hui une réglementation spécifique concernant la présence d'amiante dans l'immobilier et qui impose aux propriétaires des actions de repérage (diagnostic amiante) et, pour certaines situations, de contrôle ou d'élimination (travaux de "désamiantage"). Cette réglementation fixe aussi les règles d'élimination des déchets d'amiante et de protection des travailleurs, pour toutes les activités professionnelles en contact avec l'amiante.

Principales étapes de la réglementation de l'amiante en France :

  • Interdiction des flocages en 1978.
  • 1996 : renforcement des mesures de prévention contre l'amiante dans les bâtiments, en raison du caractère potentiellement cancérogène. En pratique  : campagne de diagnostic dans les immeubles susceptibles de contenir ce matériau sous forme de flocages, calorifugeages ou faux plafonds, puis selon les résultats de ces recherches, obligation éventuelle de contrôles périodiques et de travaux de retrait ou de confinement.
  • 1996 : un décret fixe les conditions dans lesquelles la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussière d'amiante doit être organisée dans l'entreprise.
  • 1996 : interdiction générale de l'importation, de la fabrication, de la transformation et de la mise sur le marché de l'amiante, incorporé ou non dans des matériaux ou produits, sauf pour les vêtements de pompiers et pour certains joints et freins.
  • 1999 : l'union européenne interdit l'amiante, à compter du 1-1-2005.
  • 2001 : prévention renforcée du risque amiante dans les bâtiments (les parties privatives des immeubles collectives d'habitation sont exclues). En pratique : obligation de repérage étendu à d'autres matériaux amiantés, accessibles sans travaux destructifs et mise en place de plans de gestion des bâtiments contenant de l'amiante. La valeur limite d'empoussièrement est ramenée de 25 à 5 fibres par litre pour l'obligation de travaux (confinement ou retrait).

Il est à noter que certains lobbies pro-amiante, notamment financés par l'industrie de l'amiante, contestent cette législation restrictive, car ils mettent en doute la dangerosité du chrysotile (classé cancérigène en France depuis 1977), lorsqu'il est utilisé de manière rigoureuse, et estiment que les maladies liées à l'amiante sont presque exclusivement le fait d'autres variétés (amphiboles) et/ou d'une mauvaise utilisation par le passé.

 

 Quelques liens utiles :

http://www.diagnostic-amiante-avant-travaux.com/

http://www.diagnostic-amiante-avant-demolition.com/

http://www.diagnostic-amiante.com/

http://www.amiante.com/

http://www.dossier-technique-amiante.com/

 

 

Suite : le diagnostic amiante >



Mis à jour le 30/01/07

Devis diagnostic immobilier

Devis diagnostics immobiliers


| Infos légales | Liens : page 1 - page 2 - page 3 | Le risque de l'amiante