TRAITEMENT DU BOIS ET LUTTE CONTRE LES PARASITES DU BOIS


Traitements préventifs et curatifs contre les parasites du bois, insectes xylophages et champignons du bois. Capricorne, vrillette, charançon ; mérule, champignons lignicoles et lignivores. Le type de parasite aura été déterminé préalablement par l'établissement d'un état parasitaire.
Pour les termites, voir le dossier
lutte contre les termites.
 

1 - Insectes à larves xylophages


Insectes de bois secs

Traitement du bois préventif contre les xylophages et les champignonsDes traitements physiques curatifs peuvent être réalisés :

  • par la chaleur : ils sont réalisés dans des enceintes spécifiques, lors du sciage. Ils peuvent également être employés pour des meubles, des objets d'art.
  • par des Micro-ondes

Les traitements chimiques sont plus souvent mis en oeuvre; différentes techniques sont envisageables :

  • des nébulisations d'insecticide lors de l'émergence des adultes;
  • des fumigations avec un gaz toxique. La fumigation est réalisée en atmosphère contrôlée (en enceintes, sous bâches). Cette méthode nécessite une autorisation spéciale pour une utilisation dans des locaux d'habitation;
  • des applications d'un produit de préservation du bois, préventif ou curatif : les produits utilisés doivent être spécifiques des insectes incriminés et des essences de bois à traiter : un diagnostic préalable (avec sondages) est donc particulièrement utile. Ces applications sont faites en surface (pulvérisation, badigeonnage) après préparation des bois (brossage, dépoussiérage) et en profondeur par injection sous pression, afin d'atteindre les larves.

Enfin des traitements biologiques (pièges à base de phéromones sexuelles) sont disponibles pour lutter contre la petite vrillette.
 

Insectes de bois frais

Des traitements préventifs (débardage, écorçage, séchage, immersion, etc.) ou curatifs (fumigations, chaleur > 70 °C) peuvent être réalisés sur les bois frais en forêts ou dans des parcs à grumes.
En revanche, le traitement des bois d'œuvre ne présentent pas d'intérêt, puisque la présence de ces parasites est souvent détectée tardivement, lorsque les adultes quittent les pièces de bois, dans lesquelles ils ne reviendront jamais pondre.
 

Insectes nidificateurs

Les traitements préventifs consistent à protéger les bois de l'humidité, afin d'éviter le développement de champignons qui faciliteraient l'installation des insectes nidificateurs.
Les interventions curatives ont comme objectif de traiter les dégradations par des champignons lignivores, ou de lutter directement contre les insectes, à l'aide d'insecticides de contact ou d'appâts empoisonnées (dans le cas des fourmis).
 

2 - Lutte contre les champignons du bois


Prévention

La prévention intervient dès la conception, la construction et les réaménagements des bâtiments :

  • éviter de créer des pièces sans ouvertures et/ou mal ventilées, ou des espaces difficiles à aérer dans lesquels l'humidité va stagner;
  • isolation de la toiture;
  • utilisation de bois de constructions bien séchés et traités par des fongicides;
  • isolation des surfaces froides pour éviter les phénomènes de condensation;
  • réalisation d'un joint étanche entre le plancher et le mur lorsqu'un revêtement est posé sur un plancher (salle de bain ou cuisine, en particulier);
  • etc.

Au quotidien, la prévention contre les champignons du bois consiste avant tout à empêcher la création d'un milieu propice au développement des champignons; la meilleure manière de les prévenir est de maintenir un taux d'humidité faible dans le bâtiment, en assurant d'une part une bonne ventilation et un chauffage suffisant (cuisine, salles de bain, buanderies,…) et en éradiquant toutes les entrées d'humidités (fuites de toit, de conduites d'eau, humidité ascensionnelle, etc.).
Lorsque la conception du bâtiment ne permet pas d'avoir une atmosphère suffisamment sèche, des traitements de surface à l'aide de produits antifongiques des bois accessibles réduit le risque de développement de champignons. L'efficacité de ces produits est limitée dans le temps et ils doivent donc être réappliqués périodiquement.
 

Traitements

D'un point de vue sécurité, la lutte la plus importante concerne les champignons qui se développent en profondeur (champignons de pourriture et en premier lieu, la mérule) et peuvent ainsi fragiliser les bois de construction.
Toutefois, le développement important des moisissures peut avoir des conséquences sanitaires, puisque l'inhalation des moisissures elles même ou de leurs spores est susceptible d'occasionner des problèmes de santé ou d'aggraver une maladie (allergies, maladies respiratoires, personnes dont le système immunitaire est affaibli, etc.). Cet aspect hygiénique, qui s'ajoute aux désagréments qu'ils occasionnent (aspect esthétique, odeur), justifie donc de lutter également contre le développement de ces champignons de surface.

Dans tous les cas, lorsqu'une infestation par des champignons du bois est constatée, la recherche des sources d'humidité et la mise en place de mesures pour les éradiquer est à la base de la lutte. Ces mesures sont les mêmes que pour la prévention (amélioration de la ventilation, utilisation de deshumidificateurs bien entretenus, colmatage des fuites, suppression des sources d’humidité des maçonneries par un traitement contre les remontées ascensionnelles. etc.).

Pour les moisissures, un lessivage permet leur élimination, puis un traitement de surface des bois à l'aide de produits antifongiques du commerce suffit généralement à éviter leur réapparition. Ces traitements doivent être renouvelés régulièrement si les problèmes d'humidité n'ont pu être définitivement réglés.

Pour les champignons de pourritures, qui se sont développés en profondeur, et tout particulièrement pour la mérule, les traitements sont beaucoup plus complexes et nécessitent l'emploi de produits toxiques : il est donc conseillé de faire appel à une entreprise spécialisée.

Avant de traiter, les parties contaminées sont largement dégagées : l'extension de l'infestation observable est ainsi déterminée avec précision, et le traitement sera effectué jusqu’à environ un mètre au-delà de toute trace visible.
Les bois contaminés sont alors enlevés et détruits. Les bois sains sont protégés par des pulvérisations et injection de fongicides.

Le traitement des murs est également indispensable pour n’y laisser aucun filament.
Le traitement des maçonneries se fait par piquage des enduits intérieurs jusqu’aux moellons, brossage et brûlage au chalumeau des surfaces de l’ensemble des maçonneries contaminées, puis injection sous pression d’un fongicide jusqu'à saturation dans toute l’épaisseur du mur après forage régulier de trous. Les gravats mérulés sont évacués pour destruction. 

Quelques liens utiles :

http://www.diagnostic-termites.pro/

http://www.etat-parasitaire.com/

http://www.dimexbat.com/diagnostic-immobilier/diagnostic-termites-etat-parasitaire.html



Mis à jour le 08/12/08

Devis diagnostic immobilier

Devis diagnostics immobiliers


| Infos légales | Liens : page 1 - page 2 - page 3 | Traitement du bois et lutte contre les parasites du bois