INSECTES XYLOPHAGES ET CHAMPIGNONS DU BOIS


De nombreux parasites du bois, parfois particulièrement destructeurs, peuvent investir nos habitations. Ils appartiennent soit au règne animal (insectes), soit au règne végétal (champignons). Face au nombre d'infestations possibles, un état parasitaire sera nécessaire pour déterminer le type de parasite et choisir le traitement du bois adapté.
 

1 - Insectes à larves xylophages

De nombreuses espèces d'insectes peuvent parasiter les bois frais et surtout les bois sec (moins de 20% d'humidité), qui sont fréquemment utilisés dans les constructions.
Les plus connus et les plus redoutables, y compris sous nos latitudes tempérées, sont les termites, insectes de la classe des Isoptères.
Si elles sont souvent moins destructrices, d'autres espèces peuvent aussi infester les habitations.
 

Le capricorne, insecte à larve xylophage, parasite du bois.

Insectes de bois secs

Les insectes à larves xylophages sont des coléoptères. Ce sont des insectes à métamorphose complète : la larve (également appelée vers blanc) a une morphologie et une biologie très différentes de celles de l'adulte.
Xylophage (du grec "qui se nourrit de bois"), elle se développe dans le bois sec dont elle s'alimente, avant de se métamorphoser. Au fur et à mesure qu'elle le consomme, la larve progresse dans le bois en créant des galeries; les déchets de sa digestion du bois peuvent être fréquemment retrouvés et sont appelés vermoulures.
Après la métamorphose, l'adulte quitte les pièces de bois par un trou de sortie également appelé trou d'envol et se reproduit pour une nouvelle infestation.

La durée du cycle complet varie selon les espèces (voir le tableau des espèces d'insectes de bois sec à larves xylophages), et peut également être modifiée par des facteurs environnementaux : température, humidité du bois, valeur nutritive du bois, contamination et développement concomitant de champignons.
Au cours de ce cycle, la durée de vie des larves est souvent de plusieurs années, tandis que celle des adultes dépasse rarement quelques semaines.

Photo ci-dessus : capricorne, Hylotrupes bajulus. Cliché YannickC - licence CC

Les espèces les plus fréquemment rencontrées sont (voir aussi le tableau des espèces d'insectes de bois sec à larves xylophages) :

  • le capricorne des maisons (Hylotrupes bajulus)
  • l'héspérophane (Hesperophanes cinereus)
  • les Lyctus (Lyctus brunneus et L. linearis)
  • la petite vrillette (Anobium punctatum)
  • la grande vrillette (Xestobium rufovillosum)
  • la vrillette des bibliothèques (Nicobium castaneum) = Nicobie marron
  • le charançon xylophage

 
Insectes de bois frais

De nombreuses espèces d'insectes réalisent une partie de leur cycle de développement, le stade larvaire, dans des bois frais (humidité supérieure à 20%) : Sirex, longicornes, scolytes, etc.
Les œufs sont pondus sous l'écorce ou sur des bois d'arbres abattus ou malades. Le cycle de développement dure généralement de 1 à 3 ans et si l'arbre est récolté, il peut donc se poursuivre et s'achever dans un bois sec, notamment dans des bois d'œuvre. Dans ces situations, les adultes iront toutefois déposer leur ponte dans des bois frais et ne réinfestent pas le bois d'œuvre dont ils sont issus.
 

Insectes nidificateurs

Les insectes nidificateurs vivent dans le bois, mais ne s'en nourrissent pas. Ils creusent le bois pour s'y installer, choisissant des essences assez tendres ou déjà dégradées par le développement de champignons.
Les espèces rencontrées appartiennent à l'ordre des hyménoptères (guêpes, abeilles, fourmis). Les plus courantes sont :

  • Les fourmis charpentières : elles installent souvent leurs colonies en association avec des grandes vrillettes. Elles peuvent être présentes dans des bois de résineux ou de feuillus, sains ou attaqués par des champignons. Les dégâts occasionnés peuvent évoquer ceux provoqués par les termites.
  • L'abeille charpentière (Xylocopa violacea) : la femelle adulte creuse des logette pour ses oeufs dans des feuillus ou des résineux. Les larves créent des galeries de 10 à 15mm de diamètre, mesurant jusqu'à 45cm de long. Le trou de sortie après la métamorphose est circulaire, avec un diamètre d'environ 1cm.
     

2 - Les champignons du bois

Les champignons sont des organismes végétaux qui vivent sur des supports (parfois vivants), dont ils tirent le carbone nécessaire à leur croissance.
Pour certaines variétés, la source de carbone est le bois : les filaments mycéliens émis par le champignon pénètrent dans le bois pour en digérer un ou plusieurs constituants. Cet envahissement peut être à l'origine de dégradations importantes.
Certains champignons (mérule) sont capables de traverser des maçonneries et d'atteindre d'autres bois.


Description des champignons du bois

Cycle de développement

Si des spores se trouvent déposées sur un bois offrant de bonnes conditions, elles germent, puis le champignon se développe dans le bois sous une forme dite végétative et le dégrade. Lorsque certaines conditions favorables sont réunies (chaleurs, luminosité), le développement d'une forme sexuée en surface est possible et aboutit à la production de spores.
La propagation peut donc se faire par dissémination des spores à l'air libre ou bouturage de la forme végétative ; ainsi, pour les mérules, lorsque la forme sexuée arrive à maturité, des quantités importantes de spores vont être libérées (en particulier si les champignons sont manipulés) et la contamination peut ainsi s'étendre d'une local à d'autres parfois éloignés (transport sur les vêtements, sous les chaussures, etc.). D'autre part, la mérule produisant des filaments mycéliens particulièrement long, elle peut ainsi se propager à tous les bois d'une pièce, mais aussi à d'autres pièces en traversant un mur (par exemple de cave à cave).

Facteurs de développement

  • Facteurs biologiques. La résistance naturelle du bois, la partie employée pour le bois d'œuvre (aubier, duramen) influent sur le développement de champignons.
  • Facteurs physiques. Le développement des champignons est dépendant de nombreux paramètres physiques du milieu où ils sont implantés : pH, oxygène, nutriments, humidité (optimale souvent entre 30 et 50%), température (optimale entre 25 et 30°C), lumière (nécessaire à la fructification).

Variétés de champignons du bois

  • Champignons lignicoles ou champignons de discoloration. Les champignons lignicoles utilisent le contenu des cellules du bois, mais ne dégradent pas la paroi de ces cellules.
  • Champignons lignivores ou champignons de pourriture. Les champignons lignivores détruisent les composés de la paroi des cellules du bois et provoquent des pertes de matière.


Dégradations par des champignons du bois

Moisissures

Les moisissures provoquent des dégradations de surface; elles sont très contaminantes, avec une dissémination de quantités importantes de spores.
De nombreuses espèces sont impliquées et toutes les essences de bois peuvent être attaquées.
Leur développement est possible à partir de 18% d'humidité, les températures optimales de développement étant variables (18-25°C).

Bleuissement

Une coloration variant du gris ardoise au noir se développe en bandes, tâches ou en piquetage.
La discoloration se produit en profondeur; elle est irréversible, car le champignon dégrade les contenus cellulaires.
Ces attaques concernent l'aubier de résineux et de feuillus clairs.
Les conditions optimales de développement sont autour de 22°C avec une humidité dans le bois > 30%.

Echauffures

Ces dégradations sont également la conséquence d'une dégradation profonde : le début de pourriture par dégradation de la lignine est caractérisé par des discolorations généralement blanchâtres ou rosâtres.
Les aubiers de feuillus et de résineux sont exposés à ce type de dégradations, qui concernent souvent les grumes, les bois fraîchement coupés ou les arbres sur pied.

Pourritures

La pourriture correspond à une dégradation d'un ou plusieurs composés (cellulose, hémicellulose et lignine) de la paroi des cellules du bois. Les conditions optimales sont de 35 à 40% d'humidité dans le bois, avec une température en général entre 18 et 25°C.

De nombreuses espèces de champignons sont à l'origine de différents types de pourritures :

  •  la pourriture cubique (mérule, Coniophora puteana, lenzite, Antrodia, etc) : ces champignons dégradent essentiellement la cellulose, à partir de 35 à 40% d'humidité. La mérule est le champignon du bois le plus redoutable, en raison de ses capacités de propagation et des dégradations qu'il est susceptible de provoquer;
  • la pourriture fibreuse (Phellinus, Coriolus, Asterostroma, Coprinus, etc.) : dans ce cas, la dégradation concerne essentiellement la lignine; elle intervient entre 40 et 50% d'humidité;
  • la pourriture molle : les dégradations touchent surtout la cellulose et l'hémicellulose, lorsque le taux d'humidité atteint 50 à 60%.

Les dégradations par pourriture compromettent progressivement les propriétés mécaniques des pièces de bois.
 

Annexe  :

Quelques liens utiles :

http://www.diagnostic-termites.pro/

http://www.etat-parasitaire.com/

http://www.dimexbat.com/diagnostic-immobilier/diagnostic-termites-etat-parasitaire.html

 

Suite : L'état parasitaire >



Mis à jour le 08/12/08

Devis diagnostic immobilier

Devis diagnostics immobiliers


| Infos légales | Liens : page 1 - page 2 - page 3 | Insectes xylophages et champignons du bois